Retour du Langtang, un séjour productif!

Les nouvelles de notre séjour au Langtang et de la suite que nous comptons donner à notre action.

Nous avons pris un peu de temps à notre retour pour nous reposer et nous occuper de nos activités professionnelles respectives, merci pour votre patience.

 

Img 7706

Fin de réunion avec les habitants de Gumba, des sourires qui font plaisirs à voir!

 

La situation générale au Langtang au printemps 2016 

Peu de touristes sont revenus dans la vallée pour la saison printanière et la vallée garde de nombreuses séquelles du séisme. Chacune des 116 familles identifiées par le LMRC a reçu depuis le séisme environ 1500 dollars et une partie des matériaux nécessaires à la reconstruction. Cette aide provient de différentes ONG et associations qui soutiennent le Langtang et a été distribuée par le LMRC sans vraiment tenir compte des différences de richesse et de patrimoine entre les familles.

Les différences ne cessent de s'accentuer entre les plus riches et les plus pauvres. Ceux qui disposent d'un capital ou qui ont reçu une aide importante d'amis occidentaux ont déjà reconstruit où sont en passe de la faire. Les plus pauvres, souvent sans contact avec des étrangers se débrouillent comme ils peuvent et ne savent pas encore quand ni comment, ils pourront reconstruire une véritable habitation. En attendant de nombreux abris temporaires ont vu le jour et s' ils permettent aux Langtangpas de  passer la mousson au sec, ils ne vont pas sans poser de problèmes liés notamment à la dégradation des paysages et à la gestion des déchets ce qui risque d'avoir un impact négatif sur le tourisme.

La reconstruction se fait de manière très hétéroclite en fonction du terrain, des moyens et des envies de chacun. Ainsi les constructions en pierre et bois côtoient d'autres en ciment ou en métal, malheureusement il n'y a aucune unité tant en terme de style que de matériaux. Le gros point positif est qu'il y a des nombreux chantiers et que ceux-ci avancent vite, ainsi les infrastructures nécessaires au tourisme sont déjà en place et la vie peut reprendre petit à petit dans la vallée.

 

Img 7290

Le "camp" temporaire des habitants de Gumba à Kyanjin

 

Notre action sur le terrain au printemps 2016

Après avoir fait un état des lieux sur le terrain, discuté avec les différentes ONG présentes ainsi que les représentants du LMRC et des villageois nous avons décidé de concentrer notre action sur le village de Gumba, entièrement détruit en Avril dernier. Lorsque nous sommes arrivés début mai à Gumba, seule une famille avait commencé à reconstruire, l'eau n'arrivait pas au village qui était quasiment abandonné. Nous avons donc établi la liste des 20 foyers de Gumba. Parmi ces foyers, trois familles plus aisées que les autres et qui ont déjà des moyens pour la reconstruction ont choisi elle même de ne pas bénéficier de l'aide financière de Solidarité Langtang, afin que plus d'argent puisse aller aux autres.

Une première réunion organisée avec les villageois a permis aux habitants de Gumba de se retrouver tous ensemble dans leur village pour la première fois depuis le séisme. L'esprit de groupe a pu regagner une vitalité perdue et une nouvelle dynamique s'est mise en place pour les habitants de Gumba. Ainsi dès le surlendemain une équipe s'est formée pour réalimenter le village en eau. Cette tache fort ardue, puisqu'il s'agissait de tirer plus d'un kilomètre de tuyaux à travers l'immense éboulement qui sépare la source du village, a pu être menée à bien dans la journée, pour le plus grand bonheur de tous. Une étape importante aussi bien sur le plan symbolique que matériel, avec le retour de l'eau la reconstruction pouvait commencer.

 

Img 7415

Travail collectif pour apporter l'eau au village

 

Notre objectif initial, qui était de mettre en place des chantiers pour former les Langtangpas à la construction, s'est avéré en décalage avec les attentes et les besoins des villageois.

Principalement pour une question de délais, il aurait été impossible de mettre en place des chantiers avant l'automne 2016 et, à cette époque, beaucoup de villageois souhaitent avoir déjà commencé à reconstruire. De plus il n'y a pas suffisamment de personnes valides dans la force de l'age. Avec les bêtes, le bois à récolter, les champs et les activités diverses et obligatoires pour assurer le quotidien, le temps que chacun peut consacrer à la reconstruction est finalement limité.

Un point sur lequel nous avions déjà réfléchi confirmé par nos observations sur le terrain est l'importance d'aider les langtangpas à sortir d'une forme d’assistanat et d'attentisme post-catastrophe. De nombreuses familles, en particulier les plus pauvres, attendent simplement que quelqu'un, une ONG, un ami ou simplement la providence, leur reconstruise une maison. Ce sentiment est renforcé par le fait que certains occidentaux construisent effectivement des maisons couteuses pour quelques familles langtangpas dont ils sont proches, mais cela ne concerne qu'une minorité.

Il n'était pas question pour nous d'avoir ce type de démarche, d'abord parce que nous ne disposons pas des fonds nécessaires pour reconstruire la vingtaine de maison de Gumba, mais surtout parce que chacun doit être l'acteur de la reconstruction de sa maison et entreprendre les démarches et prendre les initiatives nécessaires. Maintenir les Langtangpas dans une situation d'assistanat en leur laissant miroiter le fait hypothétique que quelqu'un viendra leur construire une maison pousse les villageois à rester dans un attentisme contre productif.

A l'occasion d'autres réunions avec les habitants de Gumba nous avons pu leur exposer ce point de vue qui était d'ailleurs déjà partagé par nombre d'entre eux. Nous avons donc décidé en accord avec eux de la meilleure façon de les aider compte tenu de nos moyens. La plupart des villageois ont exprimé leur souhait de reconstruire une habitation leur permettant de recevoir quelques touristes avec une cuisine et 2 ou 3 chambres. Nous avons estimé que compte tenu des matériaux qu'ils ont déjà reçu le prix de construction s'élevait au minimum à 5000 dollars.

Lors des réunions nous avons insisté sur un paramètre important à prendre en compte : le respect des règles antisismiques. Ceci dans un soucis de sécurité évidemment mais pas seulement. En effet, le gouvernement s'est engagé à verser une aide de 2000 dollars pour chaque maison reconstruite selon les règles édictées par la NRA et le DUDBC (les instances gouvernementales en charge de la reconstruction). Il est donc fondamental que les constructions (dont le style et les matériaux utilisés dépendent des choix de chacun) respectent ses règles.

Aide financière

Après s'être mis d'accords sur ce principe avec les villageois nous avons pu établir ensemble le budget suivant :

-Budget minimum =5000 dollars

-Aide déjà reçue du LDMC=1500 dollars

-Aide du gouvernement si respect des règles= 2000 dollars

-budget supplémentaire nécessaire=1500 dollars

En se basant sur ce budget et nos moyens, nous avons proposé aux familles qui souhaitent reconstruire une aide de 1000 dollars. Il leur reste à trouver 500 dollars pour boucler le budget ce qui est possible, soit parce que la famille avait un peu d'économies avant le séisme, soit parce qu'elle reçoit l'aide d'autres occidentaux ou soit parce qu'il lui est possible d'emprunter via les mécanismes de solidarité entre les familles (ceux qui en ont les moyens prêtent à ceux qui en ont besoin) ou via les banques.

Cette aide de 1000 dollars permet donc à la plupart des familles de boucler leur budget. Pour ce qui est des familles en grande difficulté cette aide pourra être plus importante.

Nous avons décidé en accord avec les villageois de conditionner cette aide à deux facteurs : 

-Les constructions doivent suivre les règles antisismiques établies pour le gouvernement;

-Les villageois doivent commencer la construction sur leurs fonds personnels. L'argent qu'ils ont déjà reçu du LMDC ainsi que de parrains occidentaux doit leur permettre de commencer la reconstruction, notamment de collecter les matériaux nécessaires (bois et pierres en général) ainsi que de préparer le terrain. Ainsi nous ne débloquerons de l'argent que lorsque la famille aura démontré son engagement et sa volonté à s'investir de façon forte dans la reconstruction.

 

Les premières aides seront délivrées à l'automne 2016 lorsque les familles auront pu commencer à mettre en place la reconstruction et auront montré qu'elles suivent bien les plans antisismiques.

 

Img 7320

Terrassement et collecte de pierres sur le terrain de Gyrume

 

Aide technique

Les rêgles antisimiques ne sont pas forcément faciles à appréhender de plus de nombreuses familles ont des difficultés à imaginer et mettre en place concrètement un projet qui correspond à leurs attentes mais aussi à leurs moyens. Il était donc important d'apporter une aide technique aux famille, ce qui a été possible grâce à Irina qui est architecte.

-D'une part nous avons organisé plusieurs réunions afin d'expliquer à chacun les règles établies par le gouvernement, leur raison d'être ainsi que la façon de les appliquer.

-D'autre part nous avons mis en place un suivi individuel pour chaque famille. Chaque famille a pu exprimer ses attentes, ses moyens et ses projets de manière individuelle. Ceci nous a donné une base pour élaborer avec chacune d'elle des plans en fonction de ces paramètres qui respectent les rêgles antisismiques. Ainsi chaque famille qui a pour projet de reconstruire cette année dispose de plans décidés en commun et dessinés par Irina et qui devront être suivis pour la reconstruction.

Ces plans sont également à la disposition des autres langtangpas qui souhaiteraient les utiliser. Ils ont été vus et modifiés par les ingénieurs de Samaritan Purse qui ont été missionnés par les autorités népalaises pour superviser la reconstruction au Langtang.

 

Dawa tarchen Passang and purpu RinzenSandu pudolma

Quelques plans, conformes aux éxigences antisismiques, du sur-mesure pour chacun des foyers

 

Bilan

Lors de notre départ début juin, la presque totalité des habitants de Gumba était revenue au village et de nombreux chantiers de déblaiement et de terrassement avaient commencé, quel contraste avec notre arrivée un mois plus tôt ! Nous sommes heureux d'avoir pu participer à la mise en place d'une nouvelle dynamique pour les habitants du village qui ont décidé de prendre la reconstruction de leurs maisons en main. Toutes les maisons ne pourront pas être reconstruites en même temps pour des raisons de disponibilités de main d'oeuvre et de matériaux. Mais ceux qui reconstruisent cette année disposent de plans réalisés par une professionnelle du bâtiment, qu'ils se sont engagés à suivre.

A l'heure actuelle, avec la mousson et les villageois tous très occupés, la communication n'est pas évidente avec les habitants de Gumba, mais les choses suivent leur cours comme prévu. Tout ceci n'aurait pas été possible sans l'engagement total de note ami Sandu Chusang qui se dévoue corps et âme pour son village malgré les difficultés.

 

Unnamed

Sandu et Phu Dolma, photo reçue fin juillet. La cuisine est reconstruite et les chambre sont en cours. Une construction en pierre et bois qui respectent les normes antisimiques. Bravo l'ami! (plus haut la nouvelle maison de Lama Tenzin)

 

Un chauffe eau solaire pour le grand Lama de la vallée.

Venu de l'Hélambu il y a 30 ans sur les traces de son maitre, un célèbre ermite, le grand Pema Lama représente beaucoup pour les Langtangpas, il est un garant de la culture bouddhiste dans la vallée et de l'unité des villageois. Les conditions de vie qu'il endure avec ses deux nonnes sont rudes surtout en hiver. Il n'est plus tout jeune et afin de lui permettre de perpétuer la culture et la religion bouddhiste le plus longtemps dans la vallée nous avons souhaité améliorer son quotidien. Lors de notre passage en novembre, alors que la vallée était à moitié vide il nous avait demandé si il était possible de lui apporter un chauffe eau solaire, ce à quoi nous nous étions engagés.

Nous avons donc pu tenir notre promesse ce printemps et installer après quelque péripéties, un chauffe eau solaire de qualité au centre de méditation.

 

Img 7776

le lama, les trois nonnes et la douche solaire

 

La suite de notre action

Nous aurions souhaité pouvoir être présents sur le suivi des chantiers de Gumba mais des considérations matérielles (notamment financières) n'ont pu rendre cela possible. Nous souhaitons pourtant bien évidemment continuer à accompagner les Langtangpas dans la reconstruction. Romain sera au Langtang avec un groupe en novembre 2016 avec La Trace du Yak, et nous ne savons pas encore à l'heure actuelle si Irina pourra se rendre sur place à cette époque (cela dépend de l'état de nos finance et du temps disponible.)

Les premières aides seront délivrées cet automne et nous ferons le point avec les habitants au mois de novembre. Nul doute qu'il restera encore beaucoup à faire et que les besoins financiers resteront importants pour que chaque maison soit reconstruite et équipée. Lorsque ce sera chose faite il restera encore beaucoup à faire : reconstruire un temple, trouver une solution efficace pour la gestion des déchets...

Nous continuons donc notre action de récolte de dons et vous engageons à soutenir notre action en adhérant ou en renouvelant votre adhésion à l'association.

Lors de notre AG en juin dernier (CR en ligne prochainement), nous avons pu constater la grande efficacité de l'organisation d’événements pour récolter de l'argent, ainsi le Loto et la vente de Tshirt organisés par les membres Franc Comtois, les soirées projections de photos en haute Savoie ou l'opération bol de riz du lycée de Voiron ont pu rapporter des fonds à l'association dans un moment où les dons marquent un peu le pas avec le temps qui passe depuis la catastrophe. Nous engageons donc tous les adhérents qui le souhaitent à organiser ce type de manifestation où à nous faire part de leurs idées en la matière.

Nous devrions recevoir très prochainement des infos et des photos sur l'avancée de la reconstruction, nous ne manquerons pas de vous les présenter.

D'ici la, bonne fin d'été à tous, n'hésitez pas à venir vers nous si vous avez des questions, des suggestions et de la motivation!

 

Img 7665

Mundu fin mai 2016